Conduire en Groupe …

Les règles de conduite en groupe..

1. Bienvenue

Le but de ces directives est de fournir aux Capitaines et aux membres du ou des Clubs les informations requises pour rouler ensemble de façon sécuritaire. Veuillez vous rappeler que ce guide n’a pas pour objet de réduire votre liberté mais plutôt, d’aider à ce que tous puissent revenir sécuritairement à la maison.
Ces directives ne peuvent englober toutes les circonstances possibles mais sont élaborées pour en couvrir les plus communes. Chaque pilote devrait donc les lire, les comprendre et les appliquer en faisant preuve de son meilleur jugement.
Veuillez vous rappeler qu’en tout temps VOUS avez la responsabilité d’assurer VOTRE sécurité et de toujours rouler selon vos capacités et celles de votre moto.
Bien que ces directives avancent que le Capitaine de route est le responsable lors d’une randonnée, le premier et second officier de votre chapitreou convois ont la charge de ce dernier et des événements qui sont organisés. Cette responsabilité comprend l’organisation des randonnées. Tous les officiers devraient être familiers avec ce guide et avec les bonnes pratiques de randonnées sécuritaires.
Plusieurs choses seront répétées dans ces directives, c’est intentionnel et c’est pour bien marquer l’emphase que nous voulons mettre sur les pratiques sécuritaires.

2. LES RESPONSABILITÉS DE TOUS LES MEMBRES D’UNE RANDONNÉE

a. Respecter les objectifs et les directives pour garantir la sécurité et le bien-être de tous les membres participant à une randonnée, les autres usagers de la route et les piétons.
b. Suivre les instructions du Capitaine de route en tout temps, sauf si ces instructions placent un pilote ou une autre personne dans une situation dangereuse.
c. Maintenir sa moto et toute pièce d’équipement en bon état de marche.
d. Rouler avec les phares avant allumés en accord avec le Code de la route en vigueur.
e. Rouler avec une attitude « Sécurité avant tout. » La sécurité de toutes les personnes, qu’elles soient membre de notre groupe ou non, passe avant toute chose.
f. Rouler en portant un casque là où la loi l’exige.
g. Ne pas participer à une randonnée sous l’influence de l’alcool ou de drogues pouvant influencer la capacité à piloter sa moto.

3 LIEU DU RASSEMBLEMENT ET TEMPS ANNONCÉ DU DÉPART

a. Le lieu du rassemblement et l’heure du départ sera annoncée aux membres soit par courriel ou par téléphone avant la randonnée.
b. Un briefing à l’intention des participants sera tenu avant le départ pour établir l’horaire des arrêts pour se reposer et pour prendre de l’essence, informer le groupe de la route planifiée, donner toutes les informations pertinentes et revoir ensemble les règles pour rouler en groupe, la formation sur la route et les procédures à suivre.
c. Chaque participant doit faire les efforts nécessaires pour se présenter à l’avance et être complètement préparé pour l’heure annoncée du départ. Ceci comprend avoir fait le plein d’essence et les visites requises à la salle de toilettes.

4. FORMATION DES MOTOS SUR LA ROUTE ET POSITION INDIVIDUELLE

a. La formation habituelle lorsque les conditions de la route et la météo sont favorables sera la formation en damier dans une seule voie. L’intervalle entre chaque moto ne sera pas moins d’une seconde ce qui donnera automatiquement un intervalle de 2 secondes entre vous et la moto directement devant vous.

b. Le Capitaine de route SCRC sera le meneur du groupe et habituellement va rouler dans la portion gauche de la voie. Le Balayeur (Tail Gunner) roulera à la fin de la formation.
c. Les nouveaux membres, les invités et tous les pilotes avec peu d’expérience des randonnées en groupe seront placés à l’avant de la formation, juste derrière le Capitaine de route.
d. Chaque pilote doit conserver sa position dans la formation jusqu’à l’arrivée à destination. Ceci permet à chaque pilote de devenir familier avec le style de pilotage et les habitudes de ceux qui sont près de lui (elle) dans le groupe ce qui est particulièrement important pour les nouveaux et ceux qui n’ont pas beaucoup d’expérience des randonnées en groupe.
e. Dans certains cas le Capitaine de route indiquera d’un signe de la main que le groupe doit former une file indienne. Le signal: bras gauche élevé au-dessus de la tête avec l’index pointé vers le ciel. Les pilotes doivent alors respecter la norme des 2 secondes pour les intervalles et se placer en une seule file.
f. Il peut être nécessaire pour assurer la sécurité de tous les participants de diviser un grand groupe en plusieurs sous-groupes. Ceci est parfois rendu nécessaire par les conditions environnantes ou la réglementation locale. Il faut alors désigner un Capitaine de route et un Balayeur pour chaque sous-groupe.
g. Ce qui veut dire que le dernier pilote de chaque sous-groupe deviendra Balayeur pour ses compagnons. Lorsque possible, ce pilote sera un Capitaine de route ou un Balayeur d’expérience. Si ce n’est pas le cas on doit prendre le temps d’expliquer quelles sont les responsabilités d’un Balayeur.
h. Il est conseillé que les motos à 3 roues (trikes), les motos qui tirent un side-car ou une remorque soient toujours à l’arrière de la formation, juste devant le Balayeur et maintiennent la file indienne en tout temps.

5. VITESSE, INTERVALLES ET DISTANCES

a. Le Capitaine de route tentera d’établir et de maintenir une vitesse constante, adaptée aux capacités du pilote ayant le moins d’expérience, aux conditions environnantes et à la vitesse permise affichée, aux types de motos composant le groupe et aux pratiques de pilotage sécuritaires. Le Capitaine de route devra évaluer avant le départ le degré d’expérience des participants et la condition des motos composant le groupe en portant une attention particulière aux nouveaux pilotes, aux nouveaux membres et aux invités qui participent à la randonnée. Le Capitaine de route devra vérifier régulièrement dans ses rétroviseurs pour s’assurer d’une bonne formation.
b. Le Capitaine de route peut choisir de séparer le groupe de pilotes inexpérimentés et d’en faire un sous-groupe distinct en accord avec les conditions anticipées ou qui surviennent tout en s’assurant que ce sous-groupe sera guidé par un Capitaine de route et un Balayeur d’expérience.
c. Tous les pilotes feront un effort pour maintenir la même vitesse dans le but de minimiser les inconvénients créés par des vitesses irrégulières à l’arrière de la formation (effet élastique).
d. Tous les pilotes maintiendront une distance sécuritaire et leur position dans la voie entre eux-mêmes et la moto directement en avant et manieront leurs motos en tenant compte des conditions de la route, de la circulation et de la météo.

5A. DISTANCE SÉCURITAIRE MINIMUM POUR SUIVRE UNE AUTRE MOTO

a. Lorsqu’on fait partie d’un groupe, la distance sécuritaire est définie comme la règle des 2 secondes minimum entre la moto directement devant et celle directement derrière. Ce qui veut dire que dans une formation en damier, il y a au moins une seconde de distance entre vous et le motocycliste à votre droite ou à votre gauche. Si on doit rouler en file indienne, la distance sécuritaire est toujours de 2 secondes de distance entre les motos. Les pilotes doivent réaliser que si les distances sont trop grandes entre les motos, des automobilistes seront tentés de s’insérer entre les motos, briser la formation et créer des situations dangereuses. C’est aussi problématique pour le Capitaine de route qui perd de vue la fin de la formation.
b. Trop de personnes accrochent à l’idée qu’il ne doit y avoir que 2 secondes de distance entre les motos. C’est une directive qui s’applique lorsque les conditions le permettent (plus fréquemment sur les autoroutes) La distance sécuritaire doit être déterminée en fonction de la vitesse et des conditions de la route. Avant un départ, les distances entre les motos seront établies pour certaines portions du trajet à parcourir. Plus la vitesse sera élevée plus la distance entre les motos sera grande sans toutefois permettre un trop grand écart permettant à d’autres véhicules de s’insérer. La distance entre les motos devrait être la même pour tout le groupe en formation.
c. À l’avant de la formation le Capitaine de route conservera une distance sécuritaire de 3 secondes au strict minimum derrière tout véhicule précédant le groupe. Si une automobile se trouve à l’avant il faut s’ajuster et conserver une distance sécuritaire.

NOTE: Il est important de garder à l’esprit qu’une distance de 2 secondes est un besoin MINIMUM essentiel, requis pour pouvoir réagir en cas d’une situation dangereuse et NE PAS FREINER. Dans une randonnée de groupe, l’intervalle d’une seconde entre les motos qui roulent en damier est une politique en accord avec la plupart des agences et ministères qui réglementent la sécurité et la circulation. Dans une formation en damier, chaque moto est « virtuellement » dans sa propre voie et se place à une distance de 2 secondes de la moto qui le précède dans la même voie. Cette technique pour rouler en groupe exige que tous les participants ANTICIPENT CONSTAMMENT UNE SITUATION URGENTE.

5B. Une position sécuritaire dans une voie est définie comme le fait de rouler soit dans le tiers gauche ou dans le tiers droit de la voie. Ceci permet d’éviter de rouler au centre de la voie où on trouve souvent des taches d’huile tout en conservant la formation en damier, en conservant la distance sécuritaire entre les pilotes et les autres obstacles, en ne bloquant pas le champ de vision pour voir ce qui se passe sur les autres voies.

6. DANS LE TRAFFIC

a. Le Capitaine de route tentera de demander la file indienne quand:
1. La vitesse de la circulation environnante est consistante avec celle de la formation (les dépassements effectués seulement lorsque la circulation sera trop lente ou pour éviter un obstacle); et aussi pour éviter de nuire au flot de la circulation des autres véhicules plus rapides.
2. Sur une autoroute à quatre voies (2 dans chaque direction), le groupe roulera normalement dans la voie de droite (No. 2) permettant ainsi aux véhicules plus rapides de passer sur la gauche. Le groupe pourra dépasser des véhicules en empruntant momentanément la voie de gauche.
3. Sur les autoroutes comptant trois voies ou plus dans chaque direction, le groupe roulera normalement dans la voie numéro 2 en laissant libre la voie de droite pour permettre aux autres véhicules d’accéder et de quitter l’autoroute, la voie de gauche étant (numéro 3) laissée pour les véhicules plus rapides.

NOTE: Les voies sont numérotées de gauche à droite. On appelle souvent celle de gauche la voie de dépassement ou la voie rapide, elle porte le numéro 1. Les autres voies sont numérotées par la suite jusqu’à celle la plus à droite, qui est généralement la plus lente.

7. CHANGEMENTS DE VOIES ET DÉPASSEMENTS

a. Sur une autoroute à plusieurs voies, la formation en damier est normalement maintenue.
b. Le Capitaine de route maintien sa position et signale son intention de changer de voie.
c. Tous les membres de la formation maintiennent leur position et transmettent le signal annonçant la manœuvre à effectuer jusqu’au Balayeur.
d. Le Balayeur change de voie et bloque l’arrière de la formation aussitôt que l’opportunité de le faire sécuritairement se présente. Le Capitaine de route peut alors constater que la voie est libre et peut engager le changement de ligne. N’oubliez jamais de vérifier les angles morts avant d’amorcer un changement de voie.
e. La formation changera de voie à la manière « Suivez le guide », le Capitaine de route signale avec la main indiquant à tous qu’il change de voie et tous les membres de l’avant vers l’arrière du groupe suivent.

NOTE: PERSONNE, à l’exception du Balayeur, ne doit changer de voie avant le Capitaine de route. Toujours vérifier les angles morts avant d’amorcer un changement de voie et conserver une distance sécuritaire.

f. Il sera parfois impossible pour tout le groupe d’effectuer la manœuvre pour changer de voie comme indiqué ci-dessus. Il va donc arriver que tout le groupe ne puisse pas changer de voie en un seul bloc comme ci-dessus. Lors de ces situations, le Capitaine de route indiquera son intention de changer de voie avec les clignotants et indiquera au groupe le signal de la main pour la file indienne. Ce qui signifie qu’un changement de ligne en groupe n’est pas possible. Le Capitaine de route changera de voie au moment sécuritaire. Tous les membres de la formation signaleront, vérifieront leur angle mort et effectueront tour à tour la manœuvre de l’avant du groupe vers l’arrière de manière sécuritaire. Si la formation est brisée, il sera toujours possible de reprendre le damier plus tard. SVP apprendre les bonnes pratiques pour changer de voie, INCLUANT LE REGARD JETÉ PAR-DESSUS L’ÉPAULE POUR VÉRIFIER L’ANGLE MORT.
h. Sur une route à 2 voies (une dans chaque direction), la file indienne devra être employée pour effectuer un dépassement. Le Capitaine de route devra conserver une vitesse constante après le dépassement pour permettre aux autres motos de trouver suffisamment d’espace pour dépasser et rentrer dans la voie devant les véhicules dépassés.
i. Si, pour une raison quelconque, la formation est brisée et le groupe séparé, il faut converger vers la formation en damier en reprenant la position initiale de manière sécuritaire. Ne vous sentez pas obligé de briser des records de vitesse pour rattraper le groupe! Le Capitaine de route sera au fait de la situation et ajustera la vitesse en avant du groupe en conséquence après avoir dépassé le ou les véhicules.

NOTE: Assurez-vous que la voie est libre en regardant dans vos miroirs, signalez votre intention, faites votre vérification de l’angle mort avant d’amorcer une manœuvre de changement de voie. Toutes informations provenant du Capitaine de route, de vos miroirs ou ce que vous venez de voir il y une seconde ne peuvent remplacer un dernier regard, votre bon jugement de la situation et le gros bon sens. Rappelez-vous que VOUS et VOUS SEUL avez la RESPONSABILITÉ ULTIME DE VOTRE SÉCURITÉ. De plus, toute compétition avec un automobiliste résultera par une défaite pour vous. Que sert d’avoir raison quand on perd la vie?

8. ESSENCE, REPAS, REPOS ET POSTES DE PÉAGE

a. Lors d’une randonnée devant durer plusieurs heures, on doit planifier et discuter avant le départ les arrêts pour prendre de l’essence, les repas et les périodes de repos. Autant que possible on s’en tiendra au plan établi, dépendamment des aléas survenant au cours de la journée.
b. Il est possible que le plan initial doive être modifié à cause des conditions climatiques, la densité de la circulation et la condition de certaines vessies. D’autres facteurs étant la disponibilité des postes d’essence, la fatigue des pilotes et autres conditions non prévues au départ.
c. Les arrêts aux postes d’essence devraient être limités à 10 ou 15 minutes selon bien sûr la taille du groupe et le plan établi auparavant pour la journée. Rappelez-vous que le dernier motocycliste aura le plus long temps d’attente donc, le plus court temps de repos. (Faites le plein et dégagez la pompe à essence pour ensuite aller payer pour permettre aux suivants de faire le tout plus rapidement)
d. Si un péage est prévu sur la route, le Capitaine de route devra amasser le coût de passage au préalable. Si c’est possible, un motocycliste qui transporte un passager devrait occuper la deuxième position. À l’approche du poste de péage le couple passe devant et le passager règle le paiement pour tous les membres du groupe pendant que le Capitaine de route poursuit le passage en guidant la formation. Si aucun passager n’est disponible, c’est au Capitaine de route d’acquitter le paiement et il reprendra ensuite sa place de meneur dès qu’il sera sécuritaire de le faire.

NOTE: En traversant un poste de péage, souvenez-vous d’éviter le centre de la chaussée qui est souvent très glissant.

9. ARRÊTS NON PLANIFIÉS ET ARRÊTS D’URGENCE

a. Un arrêt non prévu pour faire le plein d’essence, un urgent besoin d’aller aux toilettes ou la fatigue d’un pilote peut engendrer une confusion dans le groupe et la confusion mène souvent aux accidents. Le Capitaine de route SCRC devrait être informé à l’avance qu’un arrêt est nécessaire et mener la formation de manière ordonnée à un endroit approprié et sécuritaire.
b. Tout pilote qui éprouve des difficultés mécaniques doit en informer un des officiers du chapitre ou convois, le Capitaine de route ou le Balayeur et ce, aussi rapidement et sécuritairement que possible.
c. Quand le Capitaine de route en prend connaissance, il conduira la formation à l’arrêt aussitôt qu’il identifiera un endroit propice et sécuritaire.
d. Si le pilote qui éprouve des difficultés doit quitter la formation rapidement, seul le Balayeur ou la personne désignée comme mécanicien du groupe l’accompagnera. Si le groupe compte un mécanicien désigné ce dernier roule en queue de formation. Le Capitaine de route doit être avisé s’il n’est pas au courant de la situation qui survient. Dès que le Capitaine de route est informé, il arrêtera le groupe là où c’est sécuritaire.
e. Tout pilote qui constate un problème avec la moto ou l’équipement d’un autre pilote doit en informer ce dernier rapidement et de manière sécuritaire. Si un arrêt devient nécessaire il faut aussi en informer le Capitaine de route.
f. Le Capitaine de route fera preuve de bon sens et de jugement pour choisir l’endroit où faire arrêter le groupe. Il faut essayer d’éviter les zones de circulation très dense, les endroits où on trouve du verre brisé, des ordures, du sable mou, du gravier et du pavage frais.

10. ACCIDENTS

a. Arrivant sur les lieux d’un accident ou si l’accident implique un membre de la formation, le Capitaine de route conduira le groupe à un endroit propice et sécuritaire dès que possible. Il peut être requis de diviser le groupe pour stationner toutes les motos et ne pas créer un risque de danger additionnel.
b. Les membres du SCRC porteront assistance de toute manière possible lors d’un accident, incluant mais sans se limiter à:
• Ralentir la circulation, identifier une voie de contournement sécuritaire et installer des balises ou des fusées éclairantes si disponibles.
• Porter assistance et réconfort aux victimes.
• Composer le 112 pour aviser les forces de l’ordre, ambulanciers ou services d’incendies selon la nature de l’accident.
• Maintenir l’ordre et préserver la scène pour une enquête policière éventuelle.
• Prendre des photographies si possible.
• Si possible, relever les numéros de plaques, les descriptions des véhicules et des conducteurs advenant un délit de fuite.
• Obtenir les coordonnées des témoins oculaires si nécessaire.
• Tenir la situation sous contrôle jusqu’à l’arrivée des autorités.

11. LES SIGNAUX DE LA MAIN

a. Les signaux de la main seront utilisés en tout temps pour changer la formation en une file indienne et revenir en formation damier, tous les virages, les ralentissements, les arrêts et indiquer un obstacle sur la voie. Les clignotants doivent aussi être utilisés en tout temps lors des virages.
b. Tous les signaux doivent être relayés jusqu’à l’arrière du groupe permettant ainsi aux derniers pilotes d’être informés des changements de vitesse et de direction etc. et de prendre les mesures sécuritaires appropriées. Lorsqu’on constate dans les rétroviseurs que le signal est relayé par ceux qui suivent on peut alors reprendre le guidon à 2 mains. Le seul pilote qui en est dispensé est le Balayeur.
c. On doit toujours signaler avec la main (ou le pied) pour pointer un obstacle sur la route.
d. Le bras gauche levé et l’index pointé vers le haut est le signal de la file indienne et d’une plus grande distance entre les motos.
e. Le signe de la file indienne suivi du signal de virage à gauche ou à droite signifie :
1. Le Capitaine de route effectuera la manœuvre en solo de manière sécuritaire.
2. Chaque pilote effectuera la manœuvre individuellement et tour à tour à la manière « Suivez le guide »
f. Le bras gauche levé et 2 doigts pointés vers le haut indique le retour à la formation en damier.

g. Le bras gauche en bas, à angle droit et la paume vers l’arrière indiquent un ralentissement ou un arrêt.
h. On peut aussi utiliser d’autres signaux si nécessaire:

12. ÉQUIPEMENT DE SÉCURITÉ

a. Comme mentionné, il est entendu que tous les motocyclistes se présenteront avec une moto en bonne condition mécanique.
b. Tous les pilotes devraient se présenter avec les vêtements appropriés aux conditions climatiques.
c. On encourage chaque pilote à tenir sous la main les outils nécessaires pour leur moto et les avoir lors de chacune des randonnées.
d. Le Capitaine de route SCRC devrait avoir les articles suivants :
• Trousse de premiers soins
• Cartes routières
• Détails de la randonnée
• Téléphone portable, si le Capitaine de route n’en possède pas il doit identifier, le cas échéant, un pilote qui en possède un et le désigner comme l’appelant en cas d’urgence.

13. TRUCS ET EXPÉRIENCES ACQUISES
Rien ne remplace un bon jugement et le gros bon sens!!!

a. Il est recommandé que le Capitaine de route fasse le trajet proposé à l’avance.
b. Notez les endroits où un arrêt peut être nécessaire, faites attention au sable et aux graviers.
c. Les lignes peintes sur la chaussée deviennent glissantes sous la pluie.
d. Il y a souvent de l’huile aux arrêts, feux de circulation et endroits pour stationner les voitures.
e. L’usage de radios bidirectionnelles entre le Capitaine de route et le Balayeur est chaudement recommandé.
f. Au moment de reprendre la route après un stop, un feu de circulation ou un virage, une accélération lente et régulière est recommandée. Ceci gardera la formation ensemble plus efficacement que d’accélérer et avoir à ralentir par la suite. Ne pas trop ralentir pour s’assurer que le groupe suit, ceci peut causer un refoulement et empêcher les dernières motos puissent traverser le feu vert. Si le groupe est séparé, rouler de 8 à 15 km/h sous la vitesse permise pour permettre au reste des pilotes de se regrouper en formation. Selon les circonstances, il n’est pas nécessaire d’arrêter pour attendre le reste du groupe (une décision basée sur les conditions de la circulation et de la route)
g. Si la formation est brisée et qu’un virage doit être fait, la formation s’immobilisera aussitôt le virage complété, permettant au groupe qui suit de vous voir dans le virage. Une autre manière, si établie avant le départ, est de laisser le dernier pilote de la première vague au coin pour attendre le deuxième groupe. Cette décision appartient au Capitaine de route qui se basera sur sa connaissance de la route, de la circulation et des pratiques sécuritaires.
h. L’été et le bitume font un mauvais mélange, les béquilles latérales peuvent s’enfoncer et les motos tomber au sol. Soyez vigilants au moment de choisir l’endroit pour stationner le groupe.
i. Tous les pilotes doivent porter attention aux motos et à la circulation environnante. Il n’y a rien de pire qu’une collision entre 2 motos à cause d’un pilote inattentif.
j. Si, pour arriver à destination vous devez aller plus vite que les vitesses prescrites, votre planification de la randonnée n’est pas bonne. Il fallait y voir auparavant. Une randonnée dans un chapitre ou convois SCRC n’est jamais une épreuve de course et se doit de demeurer agréable.
k. Avis aux pilotes, qu’importe si le Capitaine de route prend la mauvaise route, c’est souvent de cette manière que vous découvrirez cette petite route inconnue et spéciale!!!
l. Si vous êtes du genre à vider votre réservoir d’essence avant d’arrêter, vous manquez la moitié du plaisir à faire une randonnée en groupe. Les discussions au moment des arrêts font aussi partie du plaisir.
m. Si vous savez qu’un trajet prend 3 heures, prévoyez en prendre 4 pour le faire en groupe. Il y aura toujours des événements qui causeront des délais. Plus le groupe est important, plus il faut accorder du temps pour prendre de l’essence, les périodes de repos, les repas etc.
n. Les formations dispensées par les écoles de conduite moto nous montrent qu’il faut déposer le pied gauche au sol à l’arrêt. Clarifions ici : cette technique est bonne si on conduit une moto légère, mais pour une moto de tourisme il est préférable de placer les 2 pieds au sol simultanément à l’arrêt, c’est en tout cas mon opinion. Un endroit rendu glissant par une flaque d’huile peut être très dangereux. Votre frein arrière n’est pas vraiment utile à moins de 5 km/h (pour des raisons évidentes vous ne déposerez pas vos 2 pieds avant que la moto soit immobilisée) Les écoles de conduites donnaient auparavant l’instruction de déposer le pied DROIT au sol, ce qui fut modifié par la suite pour le pied GAUCHE. Dans les deux cas, la moto n’est pas parfaitement en position verticale avec seulement un pied au sol. Si vous devez repartir rapidement (pour vous écarter d’un danger potentiel par exemple) il vous faudra plus de temps pour réaliser la manœuvre avec un seul pied au sol plutôt que deux. Il vous faut redresser la moto au moment du départ ce qui rend l’opération plus délicate en plus d’avoir à relâcher le frein arrière, tout ceci vous enlève de précieux instants. Finalement, une manœuvre qui peut s’avérer facile avec une moto légère peut représenter une toute autre histoire avec un modèle touring. « À toute règle il y a bien sûr des exceptions » Si vous vous trouvez sur une pente ascendante votre pied droit doit rester sur le frein. Tout comme dans le cas d’un arrêt d’urgence, l’usage des 2 freins est primordial.
o. Si vous roulez dans la voie de droite (la plus lente) ou encore la deuxième et que vous approchez une bretelle d’accès à l’autoroute, vérifiez derrière votre épaule droite. Aussi d’égale importance, à l’approche d’une rampe de sortie de l’autoroute, vérifiez derrière votre épaule gauche et vérifier s’il n’y a pas un véhicule s’apprêtant à vous couper la route pour prendre la sortie.
p. SOUVENEZ-VOUS! Une trop grande distance entre les motos qui se suivent peut-être autant, sinon plus risquée qu’une trop courte distance. Si la formation manque d’uniformité nous ne donnons pas l’image d’un groupe qui agit « ensemble ». Aux yeux des autres usagers de la route nous devenons des véhicules roulant aléatoirement dans le flot de la circulation et non comme un groupe se comportant de manière ordonnée. Une trop grande distance entre les motos dans une formation constitue une « invitation » aux autres véhicules à s’insérer dans la formation en la brisant. Il nous revient de contrôler notre espace sur la voie sinon les autos vont à coup sûr nous l’enlever. Soyez prêts! Un automobiliste qui ne connaît pas les motos ne comprend pas du tout ce que nous faisons lors d’une randonnée de groupe en moto ni les raisons qui nous poussent à adopter nos comportements sur la route. Donc si une voiture cherche aveuglément à s’insérer dans notre formation – LAISSEZ-LA FAIRE LA MANŒUVRE -. Il sera toujours temps plus tard de reformer le groupe.

Note: Si pour vous rouler en groupe est une nouvelle expérience ou que vous ne vous sentez pas à l’aise de participer à une randonnée, veuillez en aviser le Capitaine de route. Maintenir une trop grande distance entre vous et la moto qui vous précède sabote l’idée et l’objectif à la base de rouler en formation damier. Si vous êtes un novice ou avez un handicap (visuel ou autre) et que vous préférez ou devez rouler soit à gauche ou à droite dans la voie, veuillez en aviser le Capitaine de route à l’avance. De même, au moment du départ, placez-vous en rang dans l’ordre de départ, les motos occupant les positions impaires à gauche et les positions paires à droite. Si vous devez changer de côté avec un autre pilote, faites-le avant le départ et justifiez les raisons du changement. Si nécessaire, et ce jusqu’à ce vous soyez à l’aise pour rouler en groupe, il peut être nécessaire pour vous de rouler 300 mètres derrière la formation, ce qui sera plus sécuritaire pour votre sécurité et celle des participants à la randonnée. Nous vous encourageons à être à l’aise pour faire ce choix.

q. Tout membre du SCRC devant quitter la randonnée avant la fin, veuillez aviser le Capitaine de route et le Balayeur de l’endroit où vous planifiez quitter la formation. Les pilotes suivants combleront l’espace libéré et reprendront la formation damier.
r. BLOCAGE. Rappelez-vous que les véhicules sur la route ont le droit de passage et que le blocage de la voie est considéré illégal. Les autorités n’approuvent pas le blocage de la voie et cette pratique est illégale dans la majorité des provinces et états. Si un blocage est vraiment nécessaire, il ne devrait être effectué avec un signal C3 qu’après avoir fait les démarches nécessaires auprès des autorités et des forces de l’ordre. Attendre que la circulation permette au groupe de manœuvrer ensemble ne fait que garantir que nous restons un groupe et en assure la sécurité. Si la formation se retrouve divisée – relire la section qui parle de la manière de se regrouper.
s. ARRÊTS AUX FEUX DE CIRCULATION. Conservez la première vitesse engagée et demeurez prêts à repartir dès que le feu tourne au vert, à moins de connaître la durée du feu rouge et de vouloir donner un répit à votre main gauche. Si vous passez au neutre, les quelques secondes requises pour passer la première peut causer un délai qui séparera le groupe parce les derniers n’auront pas le temps de passer au vert.
t. AUTOROUTES ET VOIES RAPIDES. En accédant une voie rapide ou une autoroute, il faut augmenter graduellement la vitesse dans la rampe d’accès au moment propice pour converger dans le flot de circulation. Selon la taille du groupe, il se peut que le Balayeur soit incapable de se positionner pour protéger la voie avant que tout le groupe s’y engage. LE BON SENS ET UN JUGEMENT SÛR SONT NÉCESSAIRES POUR DÉTERMINER SI LA MANŒUVRE PEUT ÊTRE COMPLÉTÉE SÉCURITAIREMENT. Ne jamais assumer que parce que le Capitaine de route et quelques motos ont pu converger que la manœuvre est sécuritaire pour vous. Si le groupe est séparé, il sera toujours possible de le reformer sécuritairement plus loin.
u. QUITTER LES AUTOROUTES ET VOIES RAPIDES. Au moment de quitter une voie rapide ou une autoroute, essayer d’adopter une vitesse permettant à toutes les motos de sortir sans avoir à demeurer sur la voie rapide à basse vitesse. Sortez le plus vite possible. Pour protéger adéquatement la formation, le Balayeur ne peut manœuvrer avant que tous les pilotes soient engagés sécuritairement dans la bretelle ou le virage de sortie.
v. TUNNELS. Est une promenade de prédilection pour les pilotes locaux et les voyageurs motocyclistes. On y trouve de nombreux tunnels. Quelques-uns de près d’un demi-kilomètre. Il n’y a aucun éclairage dans ces tunnels. On exige des automobilistes qu’ils allument les phares mais plusieurs omettent de le faire. En moto, l’instant où on passe de la lumière du jour à une obscurité presque complète peut causer une désorientation. Vos yeux ont besoin de s’adapter à l’obscurité. Votre premier réflexe instinctif sera de freiner un peu. Les yeux des automobilistes ont la même difficulté à s’ajuster à l’obscurité. Ils peuvent ne pas voir la ligne médiane dans le tunnel. On peut aussi y retrouver des cyclistes. À L’APPROCHE DE TUNNELS, RALENTISSEZ LONGTEMPS AVANT D’Y PÉNÉTRER, ACCORDEZ PLUS DE DISTANCE ENTRE CHAQUE MOTO, PLACEZ-VOUS EN FILE INDIENNE ET ÉCARTEZ-VOUS DE LA LIGNE MÉDIANE. Vous traverserez plusieurs tunnels de suite donc il vaut mieux garder une formation en file indienne et augmenter la distance entre les motos tant que vous serez dans la « zone des tunnels » de la promenade.
w. COURBES. Plusieurs routes en montagne sont en lacet avec des virages prononcés. Vous roulez à une vitesse de 60 km/h et au virage vous devrez ralentir à 25 km/h pour négocier la courbe, dans un virage étroit, les pilotes derrière vous ne verront pas que vous freinez ou n’auront pas l’espace pour le faire, il sera alors fréquent de frôler un empilage. DEMEUREZ EN FILE INDIENNE, CONSERVER UNE BONNE DISTANCE ENTRE LES MOTOS ET SOYEZ ATTENTIFS. Le meneur d’un groupe H.O.G.(U.S.A.) en ballade sur la promenade a raté un virage, est sorti de la route et a fait une chute de 20 mètres, le pilote est décédé et le passager a subi de graves blessures. Les motocyclistes témoins de l’accident ont déclaré que le meneur avait apparemment quitté la route des yeux durant un bref instant et manqué le virage. Plusieurs sections de cette promenade et de plusieurs routes en montagne sont bordées de falaises. Y manquer un virage revient à sauter dans le vide sans parachute! La chute en elle-même ne fait pas mal – c’est ensuite l’arrêt brusque qui va vous avoir.

Ces routes de montagnes seront aussi couvertes de sable et de boue à la suite d’une pluie importante et rendre les courbes et virages très dangereux.

Il existe plusieurs avis sur les courbes et virages. Tout dépend si la courbe est prononcée. C’est, à mon avis, une des raisons pour maintenir une formation régulièrement espacée en damier. Ceci permet aux pilotes d’utiliser la largeur de la voie pour prendre la courbe dans les meilleures conditions. Plusieurs groupes ont adopté des règles pour augmenter l’écart entre les motos, ceci fonctionne bien en permettant aux pilotes d’utiliser l’espace pour négocier les courbes. Si le Capitaine de route constate que la prochaine courbe est trop prononcée pour le groupe, il avisera à l’avance d’un signal de ralentir la vitesse avant de s’engager.

Si les virages sont prononcés, je recommande la file indienne avec un écart de 3-4 secondes entre chaque moto. Ceci permet aux pilotes d’utiliser la largeur de la voie pour prendre la courbe dans les meilleures conditions et de ralentir avant d’attaquer la courbe. Je recommande fortement aux Capitaines de route d’être au fait du degré d’expérience des motocyclistes qui composent la formation qu’ils dirigent. Un parcours de pratique (si possible) est aussi recommandé. Il revient à chaque pilote individuel d’admettre ses aptitudes.

FÉLICITATIONS AUX CAPITAINES DE ROUTE

Vous venez juste de vous porter volontaires pour le poste qui comporte le plus de défis et de récompenses dans notre Club. À partir du moment ou vous êtes nommés ou vous êtes élus Capitaines de route vous rejoignez une équipe très spéciale chargée de planifier, organiser et mettre en œuvre nos randonnées de Club. Les directives suivantes ont été développées pour vous fournir les connaissances de base des responsabilités et des aptitudes recommandées que doivent avoir nos Capitaines de route et Balayeurs. Nous élaborerons sur les méthodes que nous employons pour nous assurer que tous les participants à une randonnée peuvent revenir sains et saufs à la maison et avoir une randonnée plaisante.

OBJECTIFS

a. S’assurer de la sécurité et du bien-être de chaque personne participant à une randonnée de même que les autres usagers de la route et les piétons.
b. Conduire le groupe à destination et en revenir de manière bien organisée, avec discipline et en ayant toujours la sécurité de tous en tête.
c. Éviter de créer des situations dangereuses.
d. Être bien au fait des lois et règlements sur la route et des pratiques sécuritaires pour rouler en groupe.

QUALIFICATIONS RECOMMANDÉES POUR LES CAPITAINES DE ROUTE

a. Avoir un permis en règle de conduite de motocyclette.
b. Détenir les assurances en règle pour le véhicule.
c. La formation en techniques de premiers soins et RCR est recommandée.
d. Avoir suivi une formation avancée sur les techniques de pilotage moto.
e. Tact et compréhension envers les personnes sont de mise et sont prioritaires. Souvenez-vous lorsque vous étiez vous-mêmes débutants. Il faut tenter de résoudre les situations comme vous souhaitez vous-mêmes être considérés.

RESPONSABILITÉS DES CAPITAINES DE ROUTE

a. Doit être totalement responsable du groupe jusqu’à l’arrivée à destination et pendant le retour.
b. Doit conduire et mener le groupe en accord avec les objectifs et directives énoncées dans ce document et appliquer son jugement et le bon sens dans les situations qui ne sont pas spécifiquement couvertes ici.
c. Si le groupe est divisé en sous-groupes, il doit faire connaître aux autres Capitaines de route et Balayeurs le tracé à suivre, les responsabilités qui leur incombent et tous les détails pertinents à la randonnée avant le départ.
d. Doit donner un briefing à tous les participants avant le départ.
e. Doit être responsable de décider de modifier le plan initial advenant des conditions de route, de météo, de danger ou toute autre situation difficile rencontrée.
f. Doit assigner les positions des motos dans la formation, exigera d’un participant de quitter le groupe pour mauvais comportement, conduite dangereuse, équipement défectueux ou dangereux. Le bon sens et le tact sont de mise dans ces cas.
g. Doit être muni pour la randonnée d’une trousse de premiers soins bien garnie.
h. Doit être muni pour la randonnée d’une trousse d’outils bien garnie.
i. Si possible, doit apporter un téléphone portable pour placer des appels d’urgence.
j. Identifier qui dans le groupe possède des trousses de premiers soins et des téléphones portables.
k. Si le Capitaine de route ne possède pas de cell, doit désigner un participant qui en possède comme l’appelant en cas d’urgence.
l. Doit faire en sorte d’établir une vitesse et une cadence uniforme qui respectera les capacités du pilote le moins expérimenté du groupe tout en considérant les conditions de la route, les conditions météorologiques, la circulation etc.
m. Doit être responsable d’initier les manœuvres sur la route avec la « sécurité » comme première préoccupation.
n. Doit mener le groupe en formation damier ou en file indienne en occupant la première position.
o. Doit occuper la première position dans la portion gauche de la voie.
p. Doit maintenir une distance sécuritaire d’au moins 3 secondes de tout véhicule devant la formation. Cette distance peut être plus grande selon le jugement du Capitaine de route mais jamais plus petite.
q. Doit demander la file indienne quand il ne pourra pas avoir un contrôle visuel d’au moins 4 secondes sur la route en avant, quand la route devient étroite, en montagne, dans les courbes, en longeant des véhicules stationnés ou toute autre situation qui pourrait empêcher les membres du groupe d’effectuer une manœuvre d’évitement dans une situation d’urgence.

LE BALAYEUR

a. Doit assister le Capitaine de route dans l’exécution des ses tâches.
b. Doit être prêt à assumer le rôle de Capitaine de route dans l’absence de ce dernier.
c. Doit apporter une trousse de premiers soins bien garnie.
d. Doit apporter une trousse d’outils bien garnie.
e. Doit rouler à l’arrière de la formation (sauf dans les cas où la situation l’exige) dans les cas où on ne lui demande pas d’assumer le rôle de Capitaine de route.
f. Doit être à l’affut de conduite, de condition ou de comportements dangereux et en avertir le Capitaine de route aussitôt qu’il est possible de le faire en toute sécurité.

NOTE: L’urgence de contacter le Capitaine de route est laissée à la discrétion du Balayeur en fonction.

g. Doit rouler de façon à avoir une vue d’ensemble sur la formation.
h. La protection des voies est la responsabilité du Balayeur. Sur l’autoroute, au moment de changer de voie, le Balayeur se place en position pour bloquer la voie quand c’est sécuritaire, suivi du Capitaine de route et après par les membres de la formation. De cette manière le Balayeur protège la voie pour que tous puissent s’y engager quand elle est libre.

LA « CHECKLIST » DU CAPITAINE DE ROUTE

• Souhaiter la bienvenue aux participants et présenter les autres Capitaines de route et les Balayeurs
• Établir le tracé de la randonnée et l’expliquer à tous.
• Déterminer les arrêts aux postes d’essence.
• Expliquer la route qui sera suivie.
• Établir les plans pour le retour (en indiquant l’heure de retour planifiée)
• Faire une revue des normes pour rouler en groupe.
• Expliquer la formation en damier et les distances à respecter.
• Expliquer comment se comporter pour les entrées et sorties d’autoroute.
• Expliquer comment effectuer un changement de voie.
• Expliquer la procédure de la file indienne.
• Expliquer les signaux de la main.
• Expliquer quoi faire en cas de bris mécanique.
• Identifier qui possède des trousses de premiers soins et des cell.
• Désigner une personne chargée de contacter le 112 en cas d’urgence.
• Assigner les positions dans la formation en fonction du nombre de participants, du niveau d’expérience et de la vitesse anticipée.
• Rappeler à tous qu’il faut s’amuser, rouler en toute sécurité et remercier au nom des Organisateurs, les participants de s’être présentés.
__________________________________________________________________________

Texte compilé à partir de plusieurs sources sur le Net et avec l’expérience acquise à diriger des randonnées de groupe. Je voudrais remercier tous ceux qui ont participé à améliorer ce texte.

Souvenez-vous, ces directives sont des suggestions et non des lois.

Deauvirus

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.